Comment réaliser une isolation thermique du sol efficace ?

L’isolation thermique du sol se réalise généralement lors d’une rénovation lourde ou d’un projet de construction. Il est tout à fait possible de réaliser une isolation thermique du sol alors que le plancher est déjà posé mais le résultat est moins performant. Or, un sol mal isolé peut laisser fuir jusqu’à 10% de la chaleur présente au sein d’une maison voire plus lorsqu’il s’agit d’une passoire thermique. Réaliser une rénovation énergétique est alors indispensable et encouragé par le gouvernement qui propose de nombreuses aides et dispositifs aux particuliers qui s’engagent dans ces travaux. Le type d’isolation thermique à appliquer dépend donc de la nature du sol du logement.

L’isolation thermique du sol se décide en fonction de la nature du plancher.

  • Pour un plancher sur terre-plein, il faut couler une dalle de béton et doubler d’un isolant ou installer un radier.
  • Pour un plancher bas sur vide sanitaire ou un local non chauffé, il est possible d’utiliser des hourdis en polystyrène, une chape flottante ou d’isoler le sol par-dessous.
Isolation thermique du sol
Pour sortir de la passoire thermique, isoler un sol peut être une bonne solution.

Comment isoler un plancher sur terre-plein ?

Utiliser la solution traditionnelle pour réaliser une isolation thermique du sol sur terre-plein

Voici la solution la plus couramment utilisée pour réaliser une isolation thermique du sol : couler une dalle de béton sur un terre-plein compacté et sur la partie haute des semelles de fondations. Du plus profond en remontant à la surface, les couches se succèdent comme ce qui suit :

  1. Un terre-plein constitué de pierres concassées.
  2. Un lit de sable.
  3. Une couche d’isolant, généralement du polystyrène extrudé ou du verre cellulaire. Reposant sur le sable, l’isolant doit être insensible à l’humidité.
  4. Une dalle coulée.
  5. Une seconde couche du même isolant.
  6. Une chape flottante.

Ensuite, il faut isoler par l’intérieur pour supprimer les ponts thermiques notamment au niveau des jonctions entre le sol et les murs. Un isolant est à placer à l’extérieur des soubassements sur lesquels repose la fondation de la maison. Il est aussi possible de poser une dalle flottante désolidarisée qui renforcera l’isolation.

L’isolation sous radier, une solution alternative

Le radier est une dalle épaisse en béton sur laquelle repose la fondation du logement. Les murs sont érigés directement sur cette dalle. Les isoler en complément par l’extérieur permet, grâce à la continuité du radier, de supprimer tous les ponts thermiques. C’est une des méthodes plébiscitées lors de la construction de maisons passives.

Cette technique superpose :

  1. Un terre-plein de pierres concassées d’environ 30 cm.
  2. Un lit de gravillons de 5 cm.
  3. Une couche d’isolant en polystyrène expansé.
  4. Un film de polyane. Étanche, il protège les matériaux de l’humidité.
  5. Le radier sur lequel est construit les murs porteurs isolés par l’extérieur.

Pour réaliser cette isolation thermique du sol très efficace, il faut avant tout réaliser une étude du terrain afin de déterminer s’il est favorable à ce type de construction. Un système de drainage peut être recommandé pour éviter les infiltrations d’eau dans les lits de pierres et de gravillons.

Comment réaliser l’isolation thermique d’un sol bas sur vide sanitaire ou local non chauffé ?

De nombreux logements possèdent un vide sanitaire. Dans ce cas, la technique d’isolation thermique du sol choisie est différente. Aussi, lors de rénovations, c’est une isolation par l’intérieur qui est privilégiée. Cela présente tout de même l’inconvénient de réduire la hauteur sous plafond.

L’isolation thermique du sol à l’aide d’entrevous en polystyrène

Les entrevous, aussi appelés hourdis, sont des éléments préfabriqués qui constituent la base d’un plancher. Ils sont placés sur des poutrelles et une couche de béton est coulée sur leur surface pour uniformiser le sol. S’ils existent en polystyrène, en béton ou en terre cuite, c’est la première option qui offre la meilleure résistance thermique pour le plancher. Ils doivent aussi posséder des languettes de recouvrement pour supprimer les éventuels ponts thermiques qui peuvent apparaître lors de leur pose. Elles recouvrent la partie basse des poutrelles sur lesquelles les hourdis reposent, assurant ainsi la continuité de l’isolation. La présence de languettes est décisive pour réaliser une isolation thermique du sol performante.

Si un local non chauffé ou un sous-sol est présent en-dessous du plancher, il faut privilégier des entrevous ignifugés ou ayant une sous-face incombustible pour prévenir tout risque d’incendie.

L’isolation thermique du sol avec une chape flottante

Une chape flottante est un revêtement solide composé de mortier et doublé d’un matériau isolant comme le polystyrène extrudé ou le polyuréthane dans le cas d’une isolation thermique. Pour une isolation acoustique, un matériau isolant fibreux est préférable. La technique comprend :

  1. Une sous-face protégée.
  2. Des entrevous en polystyrène ignifugés.
  3. Une armature pour la dalle.
  4. Une dalle en béton armé.
  5. Un isolant sous chape.
  6. Une chape flottante.

Cette méthode est celle recommandée lorsqu’un système de plancher chauffant est installé.

Elle présente le désavantage majeur de réduire la hauteur sous-plafond, mais c’est la meilleure méthode pour isoler un plancher déjà installé et éviter les ponts thermiques.

L’isolation thermique du sol par le dessous

Enfin, il est possible d’isoler les planchers hauts ou les planchers bas situés sur un local non chauffé ou une cave par le dessous. La technique consiste à poser de l’isolant en sous-face du plancher.

L’inconvénient principal est que la hauteur sous plafond de la pièce inférieure peut être nettement diminuée. Aussi, isoler le dessous du sol n’empêche pas un pont thermique linéaire de se créer au niveau de dalle. De ce fait, il faut aussi réaliser une isolation thermique du sol de la pièce supérieure. Cela peut se faire avec la technique précédente recourant à une chape flottante. L’isolant collé en sous-face du plancher peut être :

  • Des panneaux de polystyrène expansé ou encore des dalles de liège.
  • Des panneaux de laine minérale qu’il faut fixer à l’aide d’une ossature métallique de plafond.
  • Des panneaux sandwiches en fibres de bois.

En savoir plus sur les passoires thermiques et les travaux de rénovation thermique :